3B7A DXpedition | L’histoire de Saint Brandon

L’histoire de Saint Brandon

L’atoll a peut-être été découvert en 975 après J.C. par des marins arabes qui lui ont donné le nom de Dina Arobi (« Île abandonnée » – Ile Maurice) et aurait ensuite été appelé « Baixos » sur le planisphère de Cantino de 1502. Il a été nommé en 1506 par des marins portugais. Des pirates ont utilisé les îles comme refuge. Il est cartographié pour la première fois par les Portugais en 1546 comme deux groupes d’îles : São Brandão et Cargados Carajos. D’après Auguste Toussaint, le nom initial aurait été Coroa dos Garafos ou « la couronne aux oiseaux de mer ». En 1598, les Hollandais ont occupé les îles. L’île Maurice et ses îles associées ont été colonisées par les Français vers 1715, accordées par le roi de France à la Compagnie des Judes en 1726, mais rétrocédées à la Couronne française en 1765. Les premières cartes détaillées apparurent en 1742.

Dans le livre «The history of Mauritius, or the Isle of France, and the neighbouring islands; from their first discovery to the present time » de Charles Grant, l’auteur cite des documents de son père que « L’atoll de Corgados Garayos était, en 1742, l’objet principal des recherches faites par le bateau nommé Charles et la tartane Elisabeth, envoyée de l’île de France (Maurice) sur ordre de M. Mahe de la Bourdonnais, à cette époque gouverneur. Ces deux navires se sont ancrés le 27 août et ont dessiné une carte sur laquelle l’atoll est représenté sous la forme d’un fer à cheval, de six lieues de long, s’étendant du nord-nord-est au sud-ouest. Ces deux bateaux n’ayant pas été du côté nord, n’ont par conséquent pas vu les îles qui se trouvaient de l’autre côté, sa faible étendue, et les similitudes de sa latitude et de sa longitude avec celle de Saint-Brandon, sur laquelle un navire anglais appelé The Hawk (le Faucon) s’est échoué à son retour en Europe depuis Surate, m’a porté à croire qu’il s’agissait du même haut-fond » Saint Brandon a été appelé « Cargados » sur la carte du monde de Samuel Dunn de 1794.

En 1806, Napoléon ordonna la proclamation du Code Civil en tant que loi de Maurice et de ses îles. Lorsque, en 1810, Maurice et ses îles furent prises par la force des armes par la Grande-Bretagne, les articles de capitulation ont confirmé aux habitants, conformément à la pratique constitutionnelle britannique, la continuation de leurs propres lois, c’est-à-dire le Code Napoléon tel qu’il était alors rédigé.

Les îles sont devenues une colonie de la Couronne britannique en 1810. En 1820, le gouverneur général de Maurice a accordé des jouissances à l’égard des cinq groupes comme suit. Il a accordé à Ozile Majestre seul la jouissance exclusive du groupe des Iles Boisées et deux individus, Ozile Majestre et Dominique Bétuel, la jouissance partagée d’un autre groupe de six îles (Petits Fous, Avocaré et quatre autres). Il a accordé trois autres jouissances exclusives respectivement à M. Burceret (La Baleine et l’île aux Cocos), à Mme. Veuve Raphaël (l’île Raphaël) et à M. William Stone (Ile Veronge et Ile aux Bois). Toutes ces jouissances étaient illimitées dans le temps. En vertu d’un acte de transfert daté du 4 septembre 1900, M. Louis Souchon, apparemment propriétaire des jouissances relatives des Iles Boisées et des six îles, a vendu les jouissances à St Brandon Fish & Manure Co. Ltd. en vertu d’un deuxième acte daté du 20 septembre 1900. La coopérative mauricienne Engrais Chimiques Co. Ltd., agissant en qualité de propriétaire des trois jouissances restantes, les a vendues à St Brandon Fish & Manure Co. Ltd., qui a ainsi acquis les cinq groupes de l’archipel de Saint-Brandon. Le gouvernement colonial, invité à donner son consentement à ces ventes et, le 19 octobre 1900, a notifié à la société acheteuse qu’il n’avait aucune objection aux transferts à condition que « la jouissance que ladite société possède sur les îles et des îlots susmentionnés soit convertie conformément à l’article 26 [de l’ordonnance de 1874] en un bail permanent ». L’exigence du Gouvernement a été acceptée par la société acheteuse et a conduit à l’acte du 11 octobre 1901. L’acte, décrit comme un « bail permanent par le gouvernement colonial à St Brandon Fish & Fumier Company Limited » a été exécuté au nom du gouvernement par le géomètre M. de Coriolis, qui, au nom du gouvernement, a ratifié les deux ventes de septembre 1900 à la société acheteuse. L’acte a officiellement déclaré que « … la jouissance actuellement détenue par la St Brandon Fish & Manure Company Ltd des îles et des îlots mentionnés ci-dessus est convertie en bail permanent conformément à l’ordonnance ci-dessus, [avec la société] revendiquant les droits de ceux à qui le gouvernement mauricien les a accordé à l’origine » et que le bail devait entrer en vigueur à compter du 2 octobre 1901. Le « bail permanent » contenait un certain nombre de conditions. En particulier, la société St Brandon devait exporter tout le guano qu’il trouvait sur les îles et payer au gouvernement une redevance de 5 roupies par tonne. Tous les produits des îles devaient être envoyés à l’île Maurice. En outre, « les clauses et les conditions contenues aux actes de concession de la jouissance sont maintenues dans leur intégralité et lieront la Société envers le Gouvernement Colonial…». La société devait également verser au gouvernement une somme annuelle d’une roupie le 2 octobre de chaque année.

Plus récemment, les îles ont été exploitées pour les phosphates dérivés du guano. Les activités minières ont cessé au milieu du XXe siècle.

L’archipel de Saint-Brandon a fait l’objet d’un recensement par les autorités coloniales britanniques le 31 mars 1911 dans le cadre du recensement de l’île Maurice. Cette étude a révélé une population totale de 110 personnes, composée de 97 hommes (86 non indiens et 11 indiens) et 13 femmes (10 non indiennes et 3 indiennes). Bien que l’archipel avait déjà probablement une population résidente à cette époque, comme l’indique la présence de 8 enfants de moins de 15 ans et de 5 personnes de plus de 60 ans, il y avait aussi  probablement une population saisonnière, le segment de population le plus important étant les hommes âgés de 20 à 35 ans. 73 hommes travaillaient dans la pêche, 11 dans les mines de guano et 4 étaient constructeurs de bateaux. Une seule personne (homme) a été recensée comme étant née à St. Brandon.

Le recensement de 1911 indique que 3 des 39 maisons de St. Brandon étaient construites en pierre, 8 huit en bois et 28 en chaume. La plupart étaient des logements individuels, mais 10 avaient deux chambres et une en avait trois. Il y avait aussi huit magasins et une chapelle.

En octobre et novembre 1917, les îles Saint Brandon et plus particulièrement, l’île Cocos, ont été utilisés par le célèbre croiseur allemand « Wolf » comme base pour transborder le charbon et les réserves du navire japonais capturé, le Hitachi Maru. L’opération a duré trois semaines. Le charbon de chauffe était nécessaire pour le retour du Wolf en Allemagne. Pour ce faire, il lui fallait défier les navires de guerre britanniques, passer le Cap de Bonne Espérance et rejoindre l’Atlantique. Le 7 novembre 1917, le Wolf quitta le lagon de l’île Coco et l’Hitachi Maru qui l’accompagnait fut sabordé, à une dizaine de kilomètres au large.

Le recensement de 1921 révéla que la population avait chuté et ne comptait plus que 22 habitants. Il y avait 21 hommes (âgés de 19 à 48 ans) et une seule femme, une catholique mariée, âgée de 31 ans. 14 personnes ont été identifiées comme faisant partie de la « population générale », 11 d’entre elles nées à Maurice, une à Rodrigues et deux aux Seychelles. En outre, il y avait trois Indo-Mauritaniens et 5 « autres Indiens » de Madras, Calcutta et Colombo.

L’emploi le plus courant sur St. Brandon en 1922 était l’agriculture, avec un directeur, un directeur adjoint et onze travailleurs. Seuls deux jeunes hommes ont été recensés comme pêcheurs. Trois hommes travaillaient comme charpentiers, un comme maçon, un comme cordonnier et un autre comme domestique. Rien n’indique que les mines de guano fonctionnaient.

En 1925, les liquidateurs de la St Brandon Company ont vendu les droits du bail permanent à France Ulcoq qui les a vendus à son tour en 1928 à Raphael Fishing Co Ltd («Raphael Fishing»).

Maurice et ses îles sont devenues un État indépendant du Commonwealth en 1968 et une république en 1992.

En 2011, le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable a publié le « Rapport sur l’avenir de l’environnement à Maurice » qui déclare que «Pour les îles extérieures de Saint-Brandon, des améliorations majeures sont nécessaires pour promouvoir le développement, la protection de l’environnement et l’utilisation judicieuse des ressources naturelles.»

(source : Wikipedia)

HAUT